C'est une chronique sole noire!


Tu bénéficies d'un accès exceptionnel pour découvrir une chronique SOLE NOIRE sans être connecté - maximum 2 par semaine.
Pour profiter de toutes les chroniques en illimité ou nous suivre, procure-toi ton Pass ici

Comment préparer l’enfant au spectre de la rentrée des classes?

Comedie / Daily City Le Canard /
par DragonRouge

Pour l’enfant la rentrée des classes peut être une expérience traumatisante, qui peut le tuer à petit feu.


IL EST RÉDHIBITOIRE D'AFFUBLER L'ENFANT D'ACCESSOIRES RIDICULES SI ON VEUT ÉVITER DES FUTURS CAUCHEMARS

Pour savoir ce qu’il faut faire pour que l’enfant retourne à l’école le sourire aux lèvres, il y a quelques méthodes qui fonctionnent et d’autres qui ne fonctionnent pas du tout!

Voici un petit tour des idées reçues avec notre psychiatre.


1. Ne pas parler de ce qui fâche

Ceci est une mauvaise idée. En évitant d’en parler, on omet tout ce qui peut être positif avec la rentrée, et on la présente comme un tabou.

Ce n’est pas du tout rassurant et l’enfant va intérioriser sa peur, faire des cauchemars, et risque de mouiller son lit.


2. Présenter la rentrée comme une banalité

C’est aussi mauvais. En faisant ceci, l’enfant n’aura pas le droit d’avoir des problèmes. Il va se rabaisser si des situations ne lui plaisent pas.


3. Lui faire peur ou le battre pour lui faire passer la pilule

C’est encore une mauvaise idée. Il y a de grandes chances pour que la rentrée passe comme une lettre à la poste. Faire peur à l’enfant serait contre-productif et néfaste pour son bien-être.


4. Evoquer l’expérience des parents

En racontant les craintes qu’on a eues soi-même à son âge, on partage un peu de son malaise à la perspective de la rentrée, et l’enfant sait qu’il peut donc compter sur nous.

Bien sûr, il faut souligner que les deux situations ne sont pas comparables, mais que quelle que soit le déroulement de cette première journée, la difficulté est surmontable.

Attention à ne pas jouer les insensibles.


5. Lui parler de ce qui l’attend probablement

Un bon conseil est de «briefer» son enfant. En effet, la peur vient souvent d’un manque de connaissances spécifiques. En expliquant pas à pas à quoi va ressembler sa première journée, il va imaginer comment il devra réagir pour faire face aux différentes situations à l’avance.


6. Dire que le premier jour ne représente pas toute l’année

Professeurs foireux, classes d’idiots ou d’élèves bizarres, le premier jour est rarement une expression de ce à quoi va ressembler toute l’année. Donc ce n’est pas si grave si l’enfant ne se sent pas à la hauteur le premier jour, il aura du temps pour s’adapter.


7. Les parents peuvent soutenir l’enfant moralement

Si vraiment une situation bloque et continue les jours suivants, il faut chercher à rectifier le tir immédiatement en comprenant les problèmes de l’enfant.

Dans les cas très difficiles, ou si l’enfant vit un enfer, il vaut mieux prendre rendez-vous rapidement avec le professeur pour voir si une solution alternative n’est pas possible (changement de classe, redoublement, déménagement). Il vaut mieux s’en charger au début de l’année, car les changements ultérieurs sont souvent impossibles.


découvrir



Obtenir

Chroniques sur le même thème

daily_city_le_canard

Les astuces pour une chambre dÂ’enfant sale


daily_city_le_canard

Les astuces pour se garer n’importe où


daily_city_le_canard

Comment maigrir en 2 jours?






Les évènements, personnages et firmes cités sur la plateforme ou les impressions de PuzzFuzz sont imaginaires.
Toute ressemblance avec des contemporains, vivants ou morts, ou avec des firmes existantes, ne serait que pure coïncidence.

Toutes les fictions dépeintes sur PuzzFuzz sont protégées par le droit d'auteur et de création et ne peuvent être reproduites sans l'authorisation de PuzzFuzz et de leurs auteurs respectifs. PuzzFuzz © 1995-2022
Droits réservés reproduction interdite
Conditions générales | Contact | Mentions légales