Grindadrap

Daily City le Canard papier / reportage / 2012-07-14.pdf

par Annie Croche, paru le samedi 14 juillet 2012

La plupart des gens ont cru à une boutade et pourtant je suis bien partie à la chasse à la baleine.



Depuis plus de 1000 ans

Bien que les cétacés soient protégés pour éviter leur disparition, les habitants des Îles Féroé, une province autonome du Danemark, bénéficient d’une exception au titre que la baleine est un élément central de leur culture et leur régime alimentaire depuis plus de 1000 ans. Ainsi, ils ont l’autorisation de les tuer pour les manger, mais pas d'en faire le commerce.


Je suis partie avec eux.

Pour monter à bord du bateau, il suffit de se déguiser en esquimaude géante et de prononcer à tout va en rigolant de ses grandes dents «Grindadrap» qui veut précisément dire «chasse à la baleine» dans la langue locale.

Ainsi, pas de risque de confondre avec la baleine de mon soutien-gorge ou encore celle de mon parapluie, par ailleurs déchiré par le vent en quelques minutes vu sa puissance. Il me fait glisser sur le pont du bateau de pêche et rafale des vagues qui éclaboussent tout de gouttelettes glacées.


Harpons et des lances rigolent

Dans la trempête locale, nous nous frayons un chemin pendant plusieurs heures difficiles. Tout à coup je vois les marins qui s’activent et courent partout, crient.

J’entends une longue plainte animale qui n’est autre que celle d’une baleine qui chante. Mes coéquipiers sortent des harpons et des lances et rigolent.

MONTAGE CHRONOLOGIQUE DE L'ÉPOPÉE GRINDADRAP.


 Une espèce de sushi

En l’espace d’un éclair au chocolat, ils ont frappé la bête d’une façon traditionnellement cruelle, et l’animal cible se débat, avant d’être à l’agonie. L’un des barbus sort un filet de pêche géant et ils repêchent l’animal qui s’entasse sur le pont. Là, ils découpent et rejettent à la mer les parties qui ne l’intéressent pas.

Pendant ce temps, je me remaquille à l’intérieur; je remarque que mon rouge à lèvre est à base de baleine.

Le voyage se poursuit encore pendant deux autres baleines, puis, notre chalutier manquant à plusieurs reprises de chavirer, nous rebroussons chemin.

On m’offre un peu de chair fraîche sous la forme d’une espèce de sushi, qui –je dois le dire– est très bonne.

Les heures de retour, entre l’odeur des baleines mortes, et les remous des vagues, sont horribles. Mon appareil photo est happé au creux d’une vague.


 Grindadrap, c’est assez*!


Ceci est un jeu de mot qui est la marque symbolique des Repoirtatrages d'Annie Croche

découvrir ce Canard



Obtenir


Chroniques sur le même thème





Mots-clefs reportage absurde conflit culture drame émotion environnement fait divers histoire politique sciences société sport survie vegan vie de la rédaction voyage Annie Croche baleine 

Annie Croche

Journaliste musique et arts




Les évènements, personnages et firmes cités sur la plateforme ou les impressions de PuzzFuzz sont imaginaires.
Toute ressemblance avec des contemporains, vivants ou morts, ou avec des firmes existantes, ne serait que pure coïncidence.

Toutes les fictions dépeintes sur PuzzFuzz sont protégées par le droit d'auteur et de création et ne peuvent être reproduites sans l'authorisation de PuzzFuzz et de leurs auteurs respectifs. PuzzFuzz © 1995-2019
Droits réservés reproduction interdite
Conditions générales | Contact | Mentions légales