La révolution de l’impression en 3D

Daily City le Canard papier / inventions / 2013-02-25.pdf

par Annie Versaire, paru le lundi 25 février 2013

L’écrivain de science-fiction AC.Clarke l’avait imaginée dans les années 60: une machine à répliquer qui bouleversait le monde.



 Certains parlent de la troisième révolution industrielle...

Et notamment d’un retour aux productions locales puisque la main d’œuvre serait un coût devenu mineur dans le coût total de la production.

Aujourd’hui l’impression en 3d est proche des techniques d’impression actuelle des imprimantes papier, couche par couche: que ce soit par une fraiseuse qui sculpte un bloc de matière «ligne par ligne», par l’injection d’une forme 2D sur la couche précédente en 2D qui s’y fond, ou par la déformation d’un film plastique ligne par ligne.

En dehors de l’impression soustractive, qui permet d’utiliser n’importe quelle matière (mais avec des pertes importantes) les matières utilisées pour le moment sont des dérivés plastiques dont les propriétés sont proches de l’ABS.


En route pour le futur

FRANCOIS 1ER AURAIT SANS DOUTE ÉTÉ TRÈS IMPRESSIONNÉ DE VISUALISER LE MODÈLE DE SON CHÂTEAU EN 3D AVANT SA CONSTRUCTION QUI SE RÉVÉLA SI RATÉE COMME TOUT LE MONDE PEUT LE CONSTATER AUJOURD'HUI

Airbus (EADS) s’intéresse de près à ces technologies pour la production de pièces aéronautiques optimisées au poids, tout comme Ikea pour l’impression de nourriture en 3D. En architecture, même pour réaliser sa propre maison, les esquisses pourraient vite se passer des assemblages carton-colle (ci-dessous Chambord imprimé en 3D).

Sciensolutions s’intéresse de près aux techniques d’impression en 3D pour la mission MarsMariner. Le retard du départ pourrait être un atout si l’entreprise réussit à transporter une imprimante simple et légère permettant de tailler dans les rocs martiens et contribuer à construire une base Martienne avec la matière présente sur place. Dans les prochains mois, un prototype devrait être envoyé sur la Lune pour réaliser des essais.


 Faire preuve de créativité

L’impression en 3d ne bousculera pas toute l’industrie en un éclair. Les impressions sur papier à la maison ont totalement supplanté les services de cartes ou de reprographie en petite quantité; mais pour l’impression de cahiers, mémoires ou livres, le prix de revient d’une production industrielle est moindre.

De plus, les propriétés actuelles des matériaux utilisées peuvent limiter l’impression 3d à des objets peu sollicités, tels des bibelots ou des pièces non soumises à des contraintes (efforts, température, etc). La qualité d’impression peut aussi laisser pantois.

Dans les applications quotidiennes ce sera en tous cas la possibilité de reproduire à l’infini des modélisations 3D à prix abordable et peut-être, d’amener le grand public à faire preuve de créativité. Nul doute que le droit d’auteur risque d’être bafoué, à moins que les modèles soient dotés d’une protection limitant leur diffusion…

Le Daily City, avant-gardiste, te propose dès aujourd’hui (sur le site Internet), la maquette du siège d’Antibes à imprimer en 3D! Cet été, tu avais déjà pu la construire «à l’ancienne...»


découvrir ce Canard



Obtenir


Chroniques sur le même thème





Mots-clefs inventions affaires environnement fantastique physique-chimie reportage sciences société 

Annie Versaire

Responsable de la Folie




Les évènements, personnages et firmes cités sur la plateforme ou les impressions de PuzzFuzz sont imaginaires.
Toute ressemblance avec des contemporains, vivants ou morts, ou avec des firmes existantes, ne serait que pure coïncidence.

Toutes les fictions dépeintes sur PuzzFuzz sont protégées par le droit d'auteur et de création et ne peuvent être reproduites sans l'authorisation de PuzzFuzz et de leurs auteurs respectifs. PuzzFuzz © 1995-2019
Droits réservés reproduction interdite
Conditions générales | Contact | Mentions légales