Le naufrage de l’Estonia

Daily City le Canard papier / drame / 2013-10-04.pdf

par Ann O`Neem, paru le vendredi 04 octobre 2013

Construit en Allemagne, racheté à la Finlande, l’Estonia était devenu un symbole en reliant Tallinn à l’Europe de l’Ouest depuis l’implosion du bloc Soviétique


Dans la nuit du 27 au 28 septembre 1994, avec 989 personnes à bord, pleinement chargé, le ferry relie Tallinn à Stockholm et subit des rafales de plus de 50km/h, des conditions typiques de la Mer Baltique en cette saison.

À 1h22 l’équipage lance un appel aux secours sans utiliser la phraséologie d’urgence, et incapable de donner sa position exacte. Un ferry de Viking Line arrive en premier, à 2h20 mais l’Estonia a déjà sombré; 139 survivants sont retrouvés mais deux meurent d’hypothermie.

Parmi les 852 autres portés disparus, dont 501 Suédois, seuls 94 corps sont retrouvés, en majorité des victimes d’hypothermie sorties sur le pont.


Un chargement mal réparti

Selon l’enquête officielle, réalisée avec l’aide de plongeurs Norvégiens qui ont filmé leur investigation, la porte mobile de proue, utilisée pour charger les véhicules, a été arrachée par une vague; la voie d’eau consécutive a fait basculer le chargement déjà mal réparti avant l’accident. Les véhicules ont glissé sur l’eau, faisant alors se coucher le bateau sur son flanc. La sortie des canots était impossible. Les premiers ont chaviré en tuant leurs occupants.

Il est vrai que l’Estonia avait été initialement conçu comme un navire côtier, donc inadapté aux vagues de la mer Baltique. La Finlande, tout comme le bureau de certification Veritas le savaient mais se sont tus.

Certains rescapés ont contesté l’explication officielle et penchent vers la thèse d’une explosion qui expliquerait la rapidité incompréhensible du naufrage. Le navire aurait transporté en secret, en septembre 1994, du matériel militaire Russe. Comment expliquer aussi l’effacement des vidéos d’investigation Norvégiennes, le revirement brutal des autorités Suédoises qui renoncent peu après le drame à récupérer les corps des victimes, interdisent l’accès à l’épave par un traité multinational et proposent de la recouvrir d’une chape de béton?

Si le naufrage a permis de renforcer les standards de sécurité maritime, on peut douter que toute la vérité ait fait surface


découvrir ce Canard



Obtenir


Chroniques sur le même thème





Mots-clefs drame émotion histoire physique-chimie politique société voyage 

Ann O'Neem

Journaliste fantomatique ex-espionne




Les évènements, personnages et firmes cités sur la plateforme ou les impressions de PuzzFuzz sont imaginaires.
Toute ressemblance avec des contemporains, vivants ou morts, ou avec des firmes existantes, ne serait que pure coïncidence.

Toutes les fictions dépeintes sur PuzzFuzz sont protégées par le droit d'auteur et de création et ne peuvent être reproduites sans l'authorisation de PuzzFuzz et de leurs auteurs respectifs. PuzzFuzz © 1995-2019
Droits réservés reproduction interdite
Conditions générales | Contact | Mentions légales