Les critiques d'art se disputent l'oeuvre de Dieu

arts

par Jessica Rote, paru le lundi 07 novembre 2016

Suite à la demande de nombreux e-lecteurs* nous nous penchons sur l'étude de son tableau oeuvre: voici nos réponses étudiées aux questions


Le tableau d'Harry Cover, journaliste au Daily City, baptisé "Dieu contemplant son oeuvre", a fait couler beaucoup d'encre - nous avons décidé de lui consacrer un article

LE DÉTAIL DU TABLEAU, PASSÉ À LA LOUPE, SOURCE DES TERGIVERSATIONS




L'oeuvre dépictant Dieu est-elle une oeuvre?


Les critiques d'art les plus pointus se sont intéressés de près au tableau d'Harry Cover, exposé actuellement dans le hall d'accueil du Daily City -ce qui a pour avantage d'attirer du monde et de faire découvrir nos parutions.



Pour certains, il ne s'agit que d'une "fumisterie", "on ne peut pas appeler ça de l'art", pour d'autres il s'agit au contraire d'un premier tableau mettant en abîme "la parallaxe enivrante du questionnement des sources dans un univers tout en mouvement. "


 Un Dieu ancré à gauche


Inga To, la célèbre conservatrice du Grand musée moderne de New-York [le MuMo, NDLR], a livré son analyse dans le célèbre mensuel du même nom, dont voici un résumé

Avec ce tableau aux dimensions à la fois modestes et impressionnantes, d'une rigueur si carré, la place de Dieu symbolise le témoin passé de sa création, puisque dans le monde Occidental, le mouvement va de gauche à droite. Son œil rouge pourrait faire penser à une personne ayant pleuré, ou en opposition avec ce monde filant à toute vitesse, qui pourrait être celui des métadonnées d'internet dans une perte de sens linéaire et frénétique, en opposition avec le Dieu placé à gauche, symbole du socialisme.


La critique d'art a été la première à se pencher sur les inscriptions infinitésimalement petites inscrites dans la tache représentant Dieu, ce qui n'a évidemment pas plu à ses détracteurs: Les symboles simples de la fleur, de la feuille, du raisin, du soleil et de l'amour sont le rappel de la beauté du monde et de la création. Ce Dieu s'affranchit de toute forme de religion pour représenter une spiritualité - ce point a fortement déplu à d'autres critiques, notamment Français. La grande peintre Velorupta Glue (Vénézuela), connue pour ses motifs à fleurs, à critiqué cette critique "trop ésothérique" et voit dans les lettres HC un miroir explicite à Jésus de Nazarethe, le H étant un J et un N morphés styliquement."


Le mot de l'artiste


Finalement, Harry Cover a déçu tout le monde lorsqu'enfin de retour de ses vacances hier, il a expliqué qu'il a placé Dieu en haut à droite parcequ'il est gaucher et que en tendant le bras pour éviter de se coller avec la peinture, il a du mettre le point à droite.

La direction du Daily City s'est ainsi rendu compte que par une terrible méprise, le tableau avait été suspendu du mauvais côté...


Quant au Pape, à qui notre rédaction a téléphoné, il a indiqué être touché par la démarche d'Harry Cover de chercher à représenter Dieu autrement que sous une forme humaine, mais à décliné notre invitation à venir la voir en personne, pour des motifs d'agenda trop serré*





*dans l'air du temps / lecteurs électroniques = internautes (proposition de Paule Igone en vue de son élection Présidentielle).

Malgré nos relances, il n'a pas jugé notre agenda 2017 dessiné à la main comme instrument pour résoudre ses problèmes de temps.

Chroniques sur le même thème





Mots-clefs arts cocasse culture émotion religion société vie de la rédaction Harry Cover 

Jessica Rote

Journaliste




Les évènements, personnages et firmes cités sur la plateforme ou les impressions de PuzzFuzz sont imaginaires.
Toute ressemblance avec des contemporains, vivants ou morts, ou avec des firmes existantes, ne serait que pure coïncidence.

Toutes les fictions dépeintes sur PuzzFuzz sont protégées par le droit d'auteur et de création et ne peuvent être reproduites sans l'authorisation de PuzzFuzz et de leurs auteurs respectifs. PuzzFuzz © 1995-2019
Droits réservés reproduction interdite
Conditions générales | Contact | Mentions légales