C'est une chronique sole noire!


Tu bénéficies d'un accès exceptionnel pour découvrir une chronique SOLE NOIRE sans être connecté - maximum 2 par semaine.
Pour profiter de toutes les chroniques en illimité ou nous suivre, procure-toi ton Pass ici

Une guillemette insurgée des tirets incompréhensibles

Plus / tribune

par Marie Rouana, paru le lundi 19 septembre 2016

Guillemette Point-de-Virgule a décidé de mener un combat aux tirets dans les romans représentant des dialogues, arguant qu'ils rendent souvent l'écrit incompréhensible


a journaliste en a marre des tirets dans les romans représantant des dialogues et ou on ne sait plus qui parle

ILLUSTRATION D'UN DIALOGUE. LES DIALOGUES SONT PARFOIS PARTICULIÈREMENT NIAIS, NDLR

Ça t'est sans doute déjà arrivé en lisant un roman, ou plus particulièrement les livres d'été mal écrits: une succession de dialogues, sensés recaptiver le lecteur qui sinon s'endormirait à la vacuité du scénario, et dont on est obligé de recompter les tirets pour savoir qui a dit quoi


 C'est un drame quotidien de millions de lecteurs

"Comptez le nombre de gens que vous voyez lire des livres et regardez comme ils ont parfois l'air héberlué par l'incompréhension que leur suscite la lecture" explique Guillemette.

Guillemette a acheté une place pour la convention internationale des typographes et tente actuellement d'obtenir un créneau pour parler sur la scène. Elle a l'intention de changer les choses en forçant les éditeurs a faire le travail une fois pour tous en annotant de mini-lettres les initiales des personnages dans la marge de la page, pour en faciliter la lecture.

Son argument: "la technique existe aujourd'hui!" Il est vrai que dans les pièces de théâtre par exemple, on indique déjà à chaque réplique qui parle.


Bataille de chiffres autour de l'impact de productivité

Selon Guillemette Point-de-Virgule [GPdV], le problème des tirets dans les livres représenteraient un trou de productivité de plus 770 millions d'euros chaque année dans la seule Union Européenne, à cause du temps que les gens perdent à essayer de comprendre qui dit quoi. "Et encore, je n'ai pas compté la perte d'argent liée au nombre de livres abandonnés par leurs lecteurs qui en avaient marre de jouer au détective pour comprendre un livre" argue t-elle.


 La détermination de faire changer les choses

En cas d’échec, elle soutiendrait la candidature de Paule Igone pour rejoindre l'assemblée nationale et proposer un texte de loi d'abord français puis obligatoire dans toute l'Union Europénne - "ce qui reviendrait à l'obliger partout, J'ai la détermination de faire changer les choses" affirme t-elle.

Même si Annie Versaire reconnaît qu'après tout ce temps passé à ne rien faire, Guillemette s'attaque enfin aux thématiques qui lui avaient été confiées dans son rôle au Daily City, l'ex présidente de la rédaction n'est pas d'accord sur le coût et la pollution de l'encre supplémentaire.

"Je pense que l'on a besoin d'entamer une véritable réflexion sur le sujet car rien ne nous dit que le surcoût à supporter par les éditeurs ne dépasserait pas les 770 millions d'euro cités par GPdV.


Chroniques sur le même thème





Mots-clefs tribune affaires cocasse conflit émotion environnement fait divers politique reve société vie de la rédaction Annie Versaire Guillemette Point-Virgule Paule Igone 

Marie Rouana

Journaliste politique

À découvrir dans la boutique