Un chantier pour Adeos Polder

Plus / MarsMariner

par Marie Rouana, paru le dimanche 29 mai 2016

Difficile d'imaginer que la navette Adeos Polder entreprendra bientôt un voyage de plus de 5 mois dans le silence total à bord, puisque la navette ne sera pas habitée mais téléguidée jusqu'à son amarssissage.



 Le vaisseau ne reviendra jamais sur Terre

C'est donc Adeos Polder qui sera l'engin humain le plus gros à se poser sur la planète Mars. Le vaisseau avait déjà ravi à Eltanin Draconis, détruit pendant la première tentative de Machine Lapholle de se rendre sur la Lune, le titre de premier vaisseau réutilisable à se poser sur la Lune, en 2008.

Par un concours de circonstances, la navette qui a atteint sa limite d'heures de vol devait être exposée sur un rond-point du village de Cullignargues, mais finalement sera bien plus utile en transport cargo pionnier vers Mars, au cours de son ultime voyage. Le vaisseau Adeos Polder ne reviendra en effet jamais sur Terre, il convoiera du matériel sur place à l'usage de l'équipage de la mission Martienne, qui arrivera quelques semaines plus tard¹, puis restera sur place pour fournir un volume habitable supplémentaire à la base Martienne initiale.


Un voyage au calme

Mais pendant toute la durée du voyage, qui doit encore être déterminée car elle dépend de nombreux paramètres dont la date de décollage puisque la distance entre la Terre et Mars évolue en permanence, la navette sera vide ce qui pourrait avoir un côté très inquiétant.

Certaines personnalités ont proposé à Sciensolutions, l'entreprise qui chapeaute le voyage, de prendre à bord la tête cryogénisée de Walt Disney en attendant une hypothétique² découverte scientifique permettant de rebrancher une personne décédée. Certains estiment qu'avec le risque enflant de conflits dans le monde, il vaudrait mieux cacher Walt Disney sur Mars³


Le chantier en cours

La navette est actuellement entreposée dans les ateliers de Sciensolutions à Cullignargues où elle a été en partie démontée: inutile de transporter jusqu'à la Lune, puis jusqu'à Mars, les 24 sièges dont elle est équipée, et qui seront réinstallés sur son vaisseau la remplaçant pour les dessertes vers la Lune.

Des inspections de sa structure et de sa coque en matériaux composites ont permis de garantir qu'elle tiendra bon jusqu'à Mars, même si la navette n'est plus de toute première jeunesse, ayant encaissé près de 250 rentrées en atmosphère en à peine 6 ans. "Certaines parties sont légèrement attaquées par la corrosion, qui peut être accélérée dans l'espace à cause des radiations cosmiques élevées, mais puisqu'on ne lui demande de ne tenir qu'un vol, au final ce n'est pas grave" explique Victoire Nationale, coordinatrice de la dernière mission de vol d'Adeos Polder.

Le chantier est presque artisanal car unique: "On a commencé par enlever les sièges du pont principal, et aussi du cockpit évidemment, les cloisons intérieures, les panneaux décoratifs, les cabinets de douche et toilette, la cuisine, l'escalier permettant d'accéder au pont inférieur, qui sera remplacé par une échelle, et les systèmes destinés aux passagers comme les masques à oxygène, etc. Par contre on laisse le système de purification d'air car l'air ne devra pas être vicié lorsque sur Mars, les Marsonautes accéderont à la navette!"

L'ILLUSTRATION PERMET DE VISUALISER LES MODIFICATIONS APPORTÉES AU VAISSEAU: TEL QU'IL ÉTAIT (EN HAUT) ET TEL QU'IL SERA POUR SON ULTIME VOYAGE (EN BAS)

Patricia Thique, qui gère les opérations de maintenance des navettes Lunaires, nous détaille les futures étapes du chantier: "Nous avons maintenant devant nous un espace intérieur assez important et aussi une navette bien plus légère. Pour qu'elle soit pratique tout en restant agréable pour l'équipage qui l'utilisera sur Mars, un film plastique blanc va être installé sur les côtés; nous allons commencer par calfeutrer les hublots pour éviter de réchauffer l'intérieur - aujourd'hui c'est l'équipage qui règle la température manuellement. On doit imaginer que la navette évoluera toute seule dans le grand vide de l'espace pendant environ 5 mois, on ne va pas pouvoir à distance régler la température car la connexion de données sera très basse et elle sera plutôt réservée au pilotage et à l'envoi de photos ou de données scientifiques. Notamment, le vaisseau Adeos Polder sera lancé sans savoir comment terminer son vol, puisque le programme d'amarssissage qui demande du temps de codage et de programmation informatique, sera flashé à distance une ou deux semaines avant l'arrivée.

Le plancher sera simplement repeint en jaune pour la bonne humeur de l'équipage sur Mars et dans ce grand volume sera installé les palettes cargo (l'imprimante 3D, tout le matériel fragile), le cockpit sera équipé du module d'automation automatique Supercolateur, chargé des radiocommunications des données de vol entre le centre de contrôle et la navette, et plusieurs caméras devront aussi être installées. Finalement, dans le module CargoMariner qui sera, lui, monté à la navette seulement sur la Lune, et réalisé en bois (c'était la maquette échelle 1 du MarsMariner qui a été ainsi recyclée). Dans ce module cargo seront chargés les éléments les moins fragiles comme les armatures de la base Martienne initiale par exemple.

Et - je ne peux évidemment pas vous le dévoiler - mais nous avons préparé une petite surprise pour l'équipage lorsqu'il ouvrira la porte de la navette, une fois sur Mars - histoire de leur donner du baume au coeur après cet éprouvant voyage."

Nous suivrons les développements de la mission vers Mars, et pour le moment nous souhaitons bon courage à toutes les équipes qui oeuvrent à sa préparation!


¹Afin de vérifier que la programmation de l'amarssissage est correcte, le vaisseau Adeos Polder, non habité, sera utilisé comme cobaye

²en congelant, l'eau des cellules augmente son volume et fait exploser tous les tissus ce qui les détruit, en pratique, empêchant toute chance de faire redémarrer le corps, réduit ici à une tête (pour des raisons économiques évidentes)

³pour autant cette idée ne le met pas à l'abri de l'écrasement malicieux d'une météorite.

Chroniques sur le même thème





Mots-clefs MarsMariner essai fantastique inventions reportage sciences société voyage Machine Lapholle air lune MoonOne Sciensolutions spatio-temporel 

Marie Rouana

Journaliste politique




Les évènements, personnages et firmes cités sur la plateforme ou les impressions de PuzzFuzz sont imaginaires.
Toute ressemblance avec des contemporains, vivants ou morts, ou avec des firmes existantes, ne serait que pure coïncidence.

Toutes les fictions dépeintes sur PuzzFuzz sont protégées par le droit d'auteur et de création et ne peuvent être reproduites sans l'authorisation de PuzzFuzz et de leurs auteurs respectifs. PuzzFuzz © 1995-2019
Droits réservés reproduction interdite
Conditions générales | Contact | Mentions légales